Le Canada fait face au double défit de réduire les émissions de gaz à effet de serre et de diminuer le taux de pollution de l'air en milieu urbain

Tout le monde le sait, fonctionner aujourd'hui avec des carburants tels que le diesel et l'essence augmente considérablement le taux de dioxyde de carbone dans l'atmosphère. Cette augmentation significative apporte différents changements dont la déstabilisation des conditions climatiques sur tout le globe. Au Canada, ce boulversement devrait provoquer une hausse des températures journalières d'environ une dizaine de degrés celcius. Cette hausse de température pourraît déclancher de violentes tempêtes ainsi que de nouvelles maladies. Elle pourraît entraîner également une augmentation du niveau de la mer (jusqu'à 1 cm) et la perte d'un écosystème efficace et de ses espèces. Le total de ces pertes coûtera des millions de dollars au canadians. À la conférence de Kyoto, le Canada s'est prononcé sur la nécessité d'adopter des mesures visant la réduction des émissions de gaz à effet de serre, desquelles la Canada se voit attribuer le rôle du plus grand diffuseur avec un taux de dioxyde de carbone de 31%. Il existe effectivement déjà des technologies capables d'atteindre de tels objectifs mais elles sont soient trop coûteuses ou alors encore en stade de développement.

Montréal expérimente chaque année, à l'heure des chauds mois d'été, le problème du smog causé en majeure partie par l'émission de sulfure et de cendres provenant des véhicules. Ces émissions sont directement reliées aux diverses problèmes respiratoires ainsi qu'à la détèrioration de l'écologie locale et à celle des bâtiments. Environnement Canada et l'USEPA (United-States Environmental Protection Agency) ont tous deux recommandé une diminution importante du taux de sulfure dans le carburant diesel afin de réduire les impacts néfastes de sa combustion. Ils ont également fait la demande pour une réduction de l'émission de toutes substances contribuant à la formation du smog. Il existe donc un réel besoin pour un carburant sans sulfure par conséquent moins polluant et qui brûle plus proprement.

 

[HAUT DE LA PAGE]

 

Urban pollution

Réchauffement planétaire
et pollution

  • Dans les secteurs de la santé et du rebâtissement, les effets du réchauffement planètaire coûteront des millions de dollars aux canadians

  • Les jours de smog intense, Montréal enregistre une hausse du taux de mortalité de 8,4%.

  • Environnement Canada estime que 10 milliards de dollars pourrait être épargnés chaque année si le smog était réduit de manière significative.

  • Plus de 80% des canadiens vivent dans des régions affectées par le smog .